le fils de cumbia

Après la vague électro tango, attention au beachcomber de nueva cumbia… Un tsunami électronique total qui a envahi Buenos Aires et descend sur le vieux continent! Le sol tremble à ces rythmes telluriques depuis près de dix ans maintenant, avec la capitale argentine comme épicentre. Parmi les héros de cette fièvre presque tropicale, le vrai malandro est Le Fils de Cumbia! Il a commencé comme un pionnier et est maintenant le patron, le gardien, dont chaque sortie est très attendue par le nombre croissant de fans de nueva cumbia.

Emiliano Gómez a commencé à jouer avec les claviers à l'âge de douze ans, en 1996. Depuis, il a habilement mélangé des styles et fait des remix magistraux pour de nombreux «sonideros» mexicains et américains., mais aussi pour Gotan Project et Toy Selekhtah de Sonidero Nacional, produisant même le groupe de hip hop MP3. L'ambition derrière les rythmes brisés de ce gamin de banlieue argentin est d'unir les ghettos du monde dans son ghetto blaster.

Cela n'a aucun rapport avec les productions britanniques tièdes, ou avec une autre imitation techno américaine pâle. Le but ici est d'inventer une bande-son électronique issue des traditions locales. Le résultat est une concoction dynamique de sons urbains et de musique traditionnelle à la préconception rock ainsi qu'aux dancefloors. Vous devez avoir été trempé de sueur dans l'un de ses sets de DJ pour prendre la mesure de son "Freestyle de Ritmos", un titre explicite. Ce disque est sorti en 2010 par ¡Ya Basta!: du hip hop au dance-hall, du dubstep à la house, El Hijo s'infiltre dans les classiques de la Cumbia avec des breakbeats hallucinatoires, avec une créativité sauvage mais sophistiquée. En un mot: unique.